L'élaboration des règles de vie

Publié le par 100 idées

maternelle-bleue-1-.jpg

 

   Les règles de vie seront d'abord des habitudes, dont la commodité pour le bon fonctionnement de la classe sera éprouvée par tous. Les comptines, les signaux sonores et visuels, les incitations ludiques en seront les meilleurs moyens. Que le langage de l'adulte en soit le guide est déjà un germe de rationalité, mais le ressort principal n'en reste pas moins le mimétisme. Je fais comme l'autre, parce qu'apparemment cela fonctionne. C'est au moment où je ne fais pas comme l'autre, où je ne peux faire comme les autres, qu'il va peut-être falloir en discuter, sans que d'ailleurs on ait à parler de "bon" ou de "mauvais" comportement. Il n'est pas non plus nécessaire que tous les problèmes soient soumis au groupe tout entier. Il faut faire la part de ce qui est personnel, interindividuel, avant de passer à la discussion d'une règle commune, exercice somme toute assez abstrait.

   Quelques suggestions pour l'installation d'une règle de vie :

 

Se déplacer dans les couloirs de l'école 

     Les "petits trains" ont disparu de la circulation dans les écoles et nous n'allons pas pleurer leur départ. On peut s'interroger en revanche sur l'absence de tout chant, de tout aspect ludique dans les déplacements des groupes, des classes, absence remplacée par les rappels à l'ordre des adultes : "On se déplace en silence pour ne pas déranger les autres classes, on se tient par la main..." Est-ce vraiment efficace ? Est-ce vrai ? Est-ce vraiment éducatif ? Le but d'un déplacement ordonné en groupe est-il seulement d'éviter le bruit ou les accidents ? N'est-il pas aussi une préparation à l'entrée en classe ou à l'activité suivante ? Et dans ce cas, un chant, une comptine ou un rythme choisi pour "marcher comme...", ne pourraient-ils à la fois apaiser l'agitation et anticiper sur les postures qui seront utiles dans le moment suivant ?

 

Gérer le niveau sonore de la classe

     On ne pourra sans doute éviter ici que l'enseignant ne rappelle de temps en temps qu'il faut baisser le ton. Mais on sait que, ce faisant, c'est l'adulte lui-même qui élève le niveau sonore et risque de provoquer l'effet contraire à son désir. C'est donc d'abord en contrôlant sa voix, en utilisant des signaux sonores spécifiques déclenchant le passage d'une activité à l'autre, en donnant du sens à ses propres interventions que l'on va obtenir une première régulation des mouvements et des gestes, donc des bruits et des paroles. L'autre puissant mooyen de gestion du bruit est la concentration sur les tâches elles-mêmes, l'attrait et l'intérêt des activités proposées. Le bruit n'est gênant que s'il perturbe l'activité, pas s'il est lié à l'activité elle-même.

 

Ranger le matériel

     Pourquoi doit-on ranger ? Pour gagner du temps et pouvoir commencer une activité ou un jeu, sans s'impatienter et se déconcentrer. Mais avant d'en arriver à cette conscience rationnelle d'un ordre nécessaire, qui est déjà méthodologie, il faudra instaurer une habitude et par conséquent consacrer du temps au rangement comme activité à part entière. C'est particulièrement vrai en Petite Section, où il s'agit par ce biais de socialiser l'enfant et de se faire à l'idée que les objets et instruments ne "m'appartiennent pas en propre, mais peuvent être utilisés à la fois par moi et par les autres". Et il est sans doute fort intéressant de doubler l'activité de rangement d'une activité langagière, puisqu'en disant ce qu'on fait, on se représente déjà une certaine rationalité de l'action. Cela suppose probablement qu'au début, l'adulte range avec les enfants.

 

Les civilités

     L'agressivité est la chose du monde la mieux partagée et ceci dès la plus petite enfance. Il ne nous revient pas de l'éteindre (car elle est sans doute un élément de vitalité), mais de la canaliser. Les querelles naissent bien souvent de problèmes de contact non contrôlés, avant d'utiliser le langage. Un travail d'habituation*, d'accoutumance à la présence physique des autres, devra donc précéder ou accompagner l'intervention de la parole de l'adulte. A plus forte raison, pour pouvoir parler, discuter d'un conflit, il faudra avoir apaisé les humeurs et le ton de l'enseignant, la manière dont il aura demandé qu'on lui présente l'objet du litige, compteront tout autant que ses paroles.

     Avant d'arriver à la formulation d'une règle, on aura établi des habitudes de civilité : gestes, salutations, rituels sociaux qui régissent en fait bien des rapports humais et évitent d'aller à tout propos devant la justice.

 

* en psychologie, le terme est employé pour désigner l'acquisition d'habitudes. L'habituation n'est pas encore un apprentissage, car celui-ci suppose que l'individu qui a appris quelque chose est capable de le mobiliser volontairement, consciemment, dans une situation nouvelle.

 

 

Extrait du livre

100 idées pour l'école maternelle

Marie-Lou Bernard, Henri Berquin, Pierre Palenciano

Collection 100 idées, Editions Tom Pousse, 2009

ISBN : 978-2-35345-014-5, Prix : 12€.

Commenter cet article