Progresser, revenir en arrière, projeter et se souvenir

Publié le par 100 idées

 

maternelle-bleue-1-.jpg

 

On dit souvent que la pédagogie suppose la répétition, mais ce n’est pas tout à fait exact. Ce qui rend un moment « pédagogique », c’est plutôt le fait que l’adulte prévoit une situation où l’apprenti va être amené à répéter un même comportement pour répondre à un problème nouveau. Lorsque la répétition reste purement mécanique, on n’obtient qu’un renforcement partiel. Reprendre une comptine ou une poésie, c’est bien, mais l’apprentissage sera d’autant plus efficace qu’on va demander de redire le texte en variant le ton, la voix, la position du corps, etc. La situation sociale est également une variante à faire jouer dans le processus : la comptine peut être dite en collectif, mais l’élève peut aussi être invité à la dire à l’adulte ; on peut organiser des petits groupes où le jeu consiste à dire le début d’une comptine connue, les autres camarades devant prendre la suite.

Le cahier de vie (ou toute autre forme souhaitable) est l’occasion de revenir sur ce qu’on a déjà vécu, de montrer aux parents ce qu’on a fait et de revoir avec l’enseignant la manière dont on dessinait au début de l’année, combien on dessine mieux maintenant qu’on a grandi… On peut aussi se constituer un « fonds » de petits albums qu’on aura confectionnés lors de travaux un peu approfondis autour d’un livre ou d’un thème abordé. Ils ne seront pas des livres proprement dits, mais des recueils de mots et d’images, qu’on ira rechercher plus tard, lorsqu’on retrouvera un mot ou une image dans une autre circonstance.

Et puis le fameux calendrier, objet d’un rituel quotidien, pourrait servir à autre chose qu’à simplement répéter le nom des jours et des mois ou à reprendre la comptine numérique. Il peut servir à prévoir ce qu’on va faire demain, après-demain, la semaine prochaine. Le schéma qu’on a dessiné du parcours d’éducation physique va servir à projeter un parcours différent…

 Projeter, ce n’est pas seulement décider de réaliser dans l’avenir, c’est aussi se projeter par l’imagination. Si un parcours d’éducation physique se réduit à l’exécution d’une série de gestes et d’actions, on n’obtiendra justement qu’une exécution. Mais si le parcours devient une expédition dans la jungle, avec des pièges à éviter, des trésors à ramasser au passage, des rivières au-dessus desquelles il faut sauter, des rochers à escalader, l’investissement psychologique et moteur devient beaucoup plus intense.

 


 

Retrouvez le nouveau blog 100 idées ici : http://www.tompousse.fr/100idees/

Commenter cet article